Formation continue des juges avec une experte allemande

Le premier week-end de mars, les juges de la FSST ont eu l'occasion de rafraîchir leur savoir-faire lors d'une formation continue avec Petra Matschullat, experte allemande en matière d'examens WDSF, et d'échanger en même temps des informations techniques avec nos collègues. Après la période difficile de la pandémie, c'était une occasion formidable pour tous les participants de se rencontrer enfin - et de surcroît sans masque - en personne (et pour la première fois depuis longtemps, sans masque). La participante Corinne Roost raconte.

Le samedi était consacré à la discipline Standard et a été soutenu de manière claire par le couple de démonstrateurs Davide Corrodi et Maja Kucharczyk. Petra nous a guidés à travers les cinq danses standard avec ses grandes connaissances et une bonne dose d'humour, en abordant pour chacune des danses ses particularités et ses caractéristiques. L'exercice physique des juges que nous sommes n'a pas été négligé, avec des exercices d'équilibre et d'isolation. Afin de rafraîchir les critères d'évaluation ainsi que leur hiérarchisation et d'entraîner notre œil de juge, les deux couples de cadres Vova Kasilov et Yulia Dreier ainsi que David Büchel et Flavia Landolfi ont été appelés plus tard sur la piste, en plus de Davide et Maya. Leur tâche consistait à doter leur prestation de danse de "fautes" telles qu'une mauvaise technique de pied, des erreurs de guidage ou de posture, etc. En tant que juges, nous étions par conséquent invités à comparer les couples, à découvrir les "défauts" et à évaluer les couples selon les critères de notation - ce qui n'était pas toujours très facile et a également donné lieu à des discussions intéressantes entre Petra et nous, les juges. Pendant la formation, Petra a également très bien su faire le lien avec le jugement sur la scène internationale, c'est-à-dire selon les directives de la WDSF, et nous a montré les avantages et les inconvénients que chacun des deux systèmes peut apporter.

La structure de la formation du dimanche était identique à celle du samedi, mais avec un accent sur le latin. Là encore, Petra nous a guidés tout au long de la journée avec Davide et Maja en tant que couple de démonstration et a abordé les subtilités des différentes danses latines. Le point fort de cette journée a certainement été le "Lady-Challenge" entre Maya, Tjara-Sophia Wibawa, Luana Valentino et Blanca Ribas Túron, qui ont dû doter leur danse - comme la veille, mais sans partenaire - de "défauts" (p. ex. des mouvements de corps exagérés ou des leg actions dures), afin de nous faire sortir de notre réserve, nous les juges, et de susciter une discussion ouverte. Petra a également présenté à plusieurs reprises des exemples de nouveautés dans le matériel de pas de la WDSF et les a comparés à la technique du livre technique de Walter Laird que nous connaissons mieux.

Un autre élément important de cette formation a été de se rappeler, lors du jugement, de ne pas chercher les erreurs chez les couples, mais de se concentrer sur les points positifs du couple. Un juge doit toujours se demander ce que le couple X fait de mieux que le couple Y et ne pas oublier l'ordre des critères de jugement.

Pour finir, je tiens à remercier encore une fois Petra Matschullat pour ces deux journées de formation passionnantes, Gunar Haas pour l'excellente organisation et Barbara Stahel pour son hospitalité dans son école de danse time2dance. Nous tenons également à applaudir les couples de cadres qui se sont engagés sur la piste de danse pour nous, les juges.

texte : Corrine Roost

Postes liés

Les mots du président

Chère famille de l'ASPTT, chers amis de la danse sportive Alors que nous pensions avoir surmonté le pire à la fin de l'année dernière, une nouvelle mauvaise nouvelle est venue nous secouer à la fin du mois de février : la guerre a éclaté.

Lire la suite "
fr_FR
S'abonner à notre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir les mises à jour, les promotions et les avant-premières des produits à venir. Plus 20% de réduction sur votre prochaine commande.

Promotion nulla vitae elit libero a pharetra augue